Comment améliorer l’efficacité énergétique d’une vieille maison

Améliorer l’efficacité énergétique des vieilles maisons est un défi considérable pour tout ceux qui entreprennent des travaux de rénovation. Les acheteurs d’une vieille maison savent qu’ils vont rencontrer toutes sortes de problèmes tels que : différentes sortes d’humidité, les vers à bois, les fenêtres pourries, absence d’isolation, les portes qui ne se ferment pas, etc.

Identifier les problèmes de consommation énergétique

  • Des châssis abîmés ou pas assez isolants
  • des simples vitrages,
  • les tuyaux non isolés,
  • le chauffage peu efficient,
  • le vent qui souffle dans les escaliers,
  • le sol carrelé depuis près de 100 ans,
  • murs non isolés,
  • ponts thermiques,
  • etc,

il existe de nombreux problèmes possibles pour rendre une vieille maison éco-énergétique. Dans un premier temps, il faut réaliser un audit énergétique approfondi afin d’identifier les problèmes.

Difficulté d’optimisation énergétique d’un bâtiment ancien

Les constructeurs modernes reçoivent très peu de formation sur la façon de travailler sur les vieilles maisons. En matière d’efficacité énergétique, les maisons historiques ne doivent pas être traitées comme des maisons neuves, et que les technologies modernes de type sont souvent inappropriées.

En effet, le fait de poser l’isolant à l’intérieur ou à l’extérieur de murs de briques ou de pierres, même en installant un double vitrage, pourrait non seulement être inefficace, inesthétique et coûteux, mais pourrait aussi ajouter aux problèmes d’humidité et endommager la structure d’un vieux bâtiment. Il est préférable d’utiliser des matériaux de construction naturels, de ne chauffer que ce dont vous avez besoin et d’utiliser des volets traditionnels et des rideaux lourds.

Les vieux bâtiments ont été construits pour respirer et être chauffés une pièce à la fois. Si vous isolez le mur à l’extérieur, cela pourrait retenir l’humidité à l’intérieur, ce qui causerait de l’humidité et de la moisissure. Si vous isolez à l’intérieur, l’extérieur du mur deviendra plus froid, ce qui pourrait faire condenser l’humidité et saturer le mur.

Stratégie d’optimisation énergétique de votre vieille maison

Les maisons plus anciennes traitent la chaleur et l’humidité différemment des types de construction plus modernes. Considérer le bien dans son ensemble plutôt que de considérer les mesures individuellement et penser à leur impact cumulatif sur le fonctionnement de la structure du bâtiment.
L’ensemble d’un programme d’efficacité énergétique semble un peu intimidant si vous êtes propriétaire d’une maison traditionnelle, alors qu’en fait, il y a beaucoup de mesures que vous pouvez prendre sans risque ou avec un risque très faible, qui ne nécessitent pas d’expertise ou d’énormes sommes d’argent.

Commencer par les dépenses les moins chères et plus faciles à mettre en œuvre

A moins que votre maison soit inhabitable et que vous souhaitiez la refaire de fond en comble mieux vaut commencer par ce qui est facile et peu onéreux :

  • Installer des calfeutreurs sur votre boîte aux lettres et les portes extérieures
  • installer des rideaux plus lourds,
  • s’assurer que vos radiateurs ne sont pas obstrués par les meubles,
  • réparer les vitres brisées,
  • isoler la trappe d’accès au grenier,
  • changer toutes les lumières en LED,
  • poser ou remplacer l’isolant du grenier (sauf si vous devez envisager de refaire le toit)
  • installer des thermostats programmables,
  • vous assurer que tous les tuyaux de chauffage et d’eau chaude sont également bien isolés.

Les bâtiments anciens peuvent être compliqués. Certaines mesures peuvent avoir moins d’impact que prévu, d’autres pourraient faire du mal, en particulier en emprisonnant l’humidité.

Les dépenses plus lourdes pour l’efficacité énergétique

Traiter les déperditions

N’exposez pas de dépenses qui pourraient être perdue par des travaux ultérieurs. Visez tout d’abord à supprimer les déperditions de chaleur. Généralement, environ 25 % de la chaleur est perdue par le toit, comparativement à 35 % par les murs, 15 % par le plancher et 25 % par les fenêtres et les courants d’air. Mais le coût de l’isolation de la toiture est généralement beaucoup moins élevé que celui de l’isolation des murs massifs, de sorte qu’il est souvent plus rentable de faire le toit en premier.

 

vieille-maison-ecoenergetique

1. Si l’isolation du toit ou du grenier n’a pas été faite à l’étape précédente, c’est la première opération à envisager. Si le chevronnage du toit ne permet pas une couche d’isolation suffisante, vous devrez poser de nouveaux chevrons en croisant avec les anciens et poser deux couches d’isolation. Pensez à bien poser aussi un pare vapeur pour éviter tout problème d’humidité.

2. Comme le montre l’image, cela passe par les menuiseries extérieurs, portes et châssis, qui en sont une source importante. Soit vous devrez changer les châssis et les vitrages, soit vous pourrez envisager d’autres solutions. Le remplacement pur et simple est souvent la meilleure solution malgré son coût.

3. La ventilation vient ensuite. Faire installer un système de double ventilation permettra à votre bâtiment de rester sain en plus d’économiser en frais de chauffage.

4. Viennent ensuite la question des sols et des murs. Pour les murs, il faut faire attention comme cela a été mentionné plus haut, les vieux bâtiments ont été construits pour respirer. Demandez conseil à un spécialiste (bureau d’études, ingénieur en bâtiments) pour savoir si vous pouvez isoler vos murs et comment.

En ce qui concerne les sols, à moins de tout refaire (à condition d’en avoir la possibilité), vous ne saurez rien y faire si ce n’est poser des tapis ou du plancher sur le sol existant.

Le chauffage

Trouvez le meilleur système de chauffage en ce qui concerne l’efficacité énergétique. Il peut s’agir de pompe à chaleur, de chauffage à la biomasse ou d’autres systèmes renouvelables.

La production d’eau chaude sanitaire

Un système s’impose, les panneaux solaires thermiques ou les boilers solaires.

 

2018-12-25T17:59:41+00:00