La transformation agricole2018-03-07T16:14:20+00:00

Les moulins à vent

L’énergie du vent utilisée par l’homme

L'énergie éolienne
moulin-a-vent

Patrimoine historique

L’idée d’utiliser l’énergie du vent pour des activités productives n’est pas neuve puisque les premières machines à vent datent de l’Antiquité.

Il est intéressant de noter qu’elles furent développées aux confins de la Perse et de l’Afghanistan, probablement dans des régions venteuses où les cours d’eau ne sont pas permanents. On les utilisait pour moudre des céréales. De telles machines existent d’ailleurs encore à l’heure actuelle. Il s’agit, par exemple, de modèles à grande dimension à axe vertical. L’apparition du moulin à vent à axe horizontal en Europe ne remonte toutefois qu’au XIIème siècle. Ces moulins, grands ouvrages de génie civil, impliquaient d’une part, la maîtrise des technologies de la construction (des charpentes en particulier), d’autre part, un investissement considérable. Actuellement, ces installations ne sont plus utilisées. Elles font partie du patrimoine historique.

Conditions d’implantation dans les pays du tiers-monde

Toutefois, cette technique pourrait encore être intéressante pour les pays du tiers-monde où la majeure partie du travail agricole est réalisée manuellement.
Par exemple, pour certains pays de l’Afrique de l’Ouest, grands producteurs et consommateurs de mil, sorgho et maïs, une évaluation récente montre qu’à peine 10% de la production totale de ces céréales sont traités mécaniquement.
Plusieurs éléments laissent supposer que les éoliennes pourraient remplacer avantageusement les sources motrices traditionnelles. D’une part, les éoliennes utilisent une énergie gratuite. D’autre part, certains modèles sont des machines techniquement simples. Par exemple, les éoliennes multipales ou à voiles de petite et moyenne dimensions (jusqu’à 10 mètres de diamètre) peuvent être construites par des artisans équipés d’un matériel (cornières métalliques, organes d’assemblage, paliers, engrenages, et d’un outillage (poste à souder, disqueuse, foreuse, limités. A ce sujet, on se référera aux éoliennes de pompage souvent construites et utilisées avec succès dans les pays du tiers-monde.

Actuellement, aucun projet de transformation agricole alimentée par l’énergie du vent n’a été développé.

L’éolienne devra être :

  • située sur un plateau ou une colline à pente faible (la vitesse du vent augmente avec la hauteur);
  • sur une surface dégagée et régulière, à une distance suffisante (100 mètres au moins) des obstacles naturels (arbres, dénivellations,…) ou artificiels (maisons, murs, poteaux…). Ces obstacles créent, au vent et sous le vent, des turbulences qui perturbent considérablement la rotation régulière des pales de l’éolienne et peuvent provoquer, après une courte période d’utilisation, la destruction de la machine;
  • orientées vers les vents dominants (d’où l’intérêt de mesurer, outre la vitesse du vent, sa direction).