Isolation écologique

Isolation écologique2018-11-01T17:49:00+00:00

Isoler son habitation en respectant la planète

Chaque personne confrontée à des travaux d’isolation se demande quel isolant choisir ? Isoler sa toiture ou ses murs est une quasi obligation pour tout propriétaire actuellement. Elle constitue un moyen idéal pour protéger une habitation contre les agressions extérieures telles que la température, le froid et la pluie. Elle est également préconisée afin d’éviter les intrusions des rongeurs et autres animaux nuisibles. Sans ce système, la consommation d’énergie dans le chauffage peut devenir excessive. Pour éviter ces types de désagréments, le mieux est de refaire l’isolation de sa maison avec des isolants écologiques, respectueux de l’environnement et sans dangers pour la santé.

L’intérêt d’isoler de manière écolo

Parce qu’aujourd’hui il est impossible d’ignorer l’impact de l’activité humaine sur l’environnement, de nombreux secteurs se tournent vers une démarche écoresponsable. Les matériaux de construction n’échappent pas à la règle.
Un propriétaire qui souhaite isoler son bâti cherche avant tout à réaliser des économies de chauffage. La mise en place de ce système donne en effet la possibilité de limiter les dépenses pour le chauffage. Il est vrai que l’isolation d’une habitation est déjà présentée comme une démarche écologique en soi, car elle aide à réduire la consommation en énergie. Cependant, force est de constater que certains matériaux sont beaucoup plus écologiques que d’autres. Ils permettent de réduire au maximum l’impact polluant.

Plusieurs facteurs peuvent ainsi pousser un propriétaire à se tourner vers cette solution. Pour certains, la raison principale est la volonté de réduire davantage les déperditions de chaleur. Pour d’autres, ce choix découle tout simplement du besoin de se débarrasser des inconvénients des isolants synthétiques (toxicité, perméabilité à la vapeur d’eau, etc.). Ainsi, bon nombre de propriétaires s’orientent vers un matériau naturel qui ne présente pas ces désagréments.

En effet, les isolants écolo ont généralement des capacités respirantes plus intéressantes que les autres solutions. Ils assurent un air intérieur sain et n’ont aucun effet néfaste sur la santé des occupants. Ils ont l’avantage d’avoir une conductivité de chaleur faible. A noter que plus la valeur de celle-ci est élevée, moins le matériau est isolant.

Les matériaux isolants écologiques sont-ils efficaces ?

Pour ceux qui hésitent à sauter le pas et doutent de leur efficacité, sachez que les isolants d’origine végétale et animale n’ont rien à envier aux produits traditionnels en matière de performance. En plus d’être conformes aux normes de construction en vigueur, ces matériaux souscrivent aux exigences liées au respect de l’environnement.
Encore marginale, l’utilisation des isolants naturels commence à se développer en Belgique et en France. Professionnels et consommateurs y trouvent un intérêt : la fabrication des isolants naturels demande peu d’énergie et en cas d’incendie, ils n’émettent pas de gaz toxique.
Le choix d’un isolant vert s’inscrit dans une démarche d’habitat durable grâce à la suppression des composés nocifs, une garantie pour la santé des occupants du logement.
Dotés d’un fort pouvoir isolant, les matériaux écologiques vous permettent de réduire le montant de vos factures d’énergie. Grâce à eux, vous faites rimer écologie avec économies.

Les isolants respectueux de la nature les plus prisés

Les différents types d’isolants écologiques

1-. La laine de mouton comme isolant

Très bon isolant thermique et phonique, la laine de mouton se présente en vrac ou sous forme de rouleaux faciles à mettre en œuvre du fait de leur légèreté. Contrairement à d’autres matériaux isolants, elle ne gratte pas et du fait de ses propriétés thermiques, elle nécessite une épaisseur moindre.
Sa structure en forme de tuile offre un barrage aux rongeurs qui iront nicher ailleurs que sous votre toiture.
La laine de mouton présente l’avantage de ne pas se tasser avec le temps et possède ainsi une durée de vie quasi illimitée. Recyclable, elle est inflammable à partir de 560° et tend à s’éteindre toute seule.
Elle est capable d’absorber jusqu’à 30 % de son poids sans impacter ses performances thermiques.
A cause de sa remarquable capacité à absorber l’humidité, il est déconseillé de l’utiliser directement sur le sol, les murs et parois humides et les lieux à forte hygrométrie.
Pour le conditionnement en rouleaux, la laine de mouton nécessite 15 % d’additif afin d’assurer la liaison et la bonne tenue des fibres. D’autre part, présentée en rouleaux ou en vrac, elle doit subir un traitement antifongique au risque de voir se développer les champignons et l’invasion d’insectes qui peuvent fragiliser votre maison.
Par conséquent, il est primordial de vérifier la composition exacte du matériau avant d’acheter.

2-. La plume de canard

Transformée en laine présentée sous forme de rouleaux, panneaux ou en vrac, la plume de canard offre une bonne isolation phonique et thermique. Elle régule l’hygrométrie et assainit l’air ambiant.
Si on peut l’utiliser pour isoler un mur, elle est recommandée pour les surfaces horizontales et convient particulièrement à l’isolation des combles. Sa mise en œuvre nécessite le recours à un professionnel car, mal posée, elle risque de se tasser et de perdre son efficacité thermique.
Sensible au feu, elle est à éviter à proximité d’une source de chaleur.
Bon à savoir, la laine obtenue est composée à 70 % de plumes auxquelles on ajoute 20 % de fibres de polyester et 10 % de laine de mouton.
Il existe deux types de polyester : le polyester naturel qui est biodégradable tandis que le second, de synthèse, est le plus souvent une résine polymère thermoplastique. Vérifiez bien la composition du produit avant l’achat.
A l’instar de la laine de mouton, la plume de canard subit un traitement antifongique avant d’être transformée en laine.

3-. La laine de lin

La laine de lin, l’un des meilleurs isolants naturels sinon le meilleur aux dires de certains, est utilisée depuis l’Antiquité. Ce matériau écologique, non irritant pour les yeux et les bronches, offre légèreté et résistance et se prête à toutes les utilisations.
L’effet ressort des fibres de lin réduit les ponts thermiques, assurant ainsi une très bonne isolation thermique, durable et stable dans le temps.
On utilise les fibres courtes de la plante qui ne sont pas utilisées par l’industrie textile. Fabriqué en France, le lin est une plante peu gourmande qui ne nécessite quasiment pas d’engrais et a la particularité d’être traitée aux sels minéraux (sel de bore, silicate de calcium) avant d’être cardée et transformée en laine. Elles est disponible sous forme de panneaux, de rouleaux ou en vrac. C’est sous cette forme qu’elle est la plus performante et la plus facile à utiliser.

4-. Le liège

Voilà un isolant aux nombreuses propriétés. Outre l’isolation thermique, le liège garantit une bonne isolation phonique grâce à l’air emprisonné dans ses cellules. Il est difficilement inflammable, 100 % recyclable, imputrescible, résistant à la compression et aux insectes et il s’adapte à toutes les situations.
Issu du chêne liège, son prélèvement ou démasclage s’effectue tous les 8 à 10 ans et ne nuit pas à la bonne santé de l’arbre. Réduit en granules, le liège est ensuite chauffé à la vapeur à une température de 300° dans un four autoclave. Les granules se dilatent sous l’effet de la chaleur et s’agglomèrent entre elles grâce la résine naturelle (la subérine) qu’elles libèrent.
Présenté en rouleaux ou panneaux flexibles il est facile à mettre en œuvre.
Bon à savoir : plus le liège est dense, plus son isolation phonique est importante. Revers de la médaille, il perd en efficacité thermique.
Pour une parfaite isolation contre les nuisances sonores, il est conseillé d’utiliser un mélange de liège et de caoutchouc naturel.

5-. Le roseau

Naturel et écologique, voilà un matériau qui mérite d’être mieux connu dans le domaine de l’isolation thermique.
Difficilement inflammable, le roseau ne dégage pas de fumée toxique en cas d’incendie. Résistant aux variations climatiques, il a la particularité d’absorber et de restituer l’humidité. L’isolation thermique est assurée grâce à ses tiges creuses qui emprisonnent l’air.
Sa souplesse lui permet d’épouser parfaitement la forme et l’inclinaison des murs. Davantage utilisé pour une isolation extérieure, il est alors mélangé à de la terre argileuse et convient à la restauration de demeures anciennes mais aussi aux constructions neuves.
Le résultat est extraordinaire grâce à la suppression des ponts thermiques et des parois froides. La maison est confortable, conserve la chaleur en hiver, la fraîcheur en été.

6-. La paille

La paille est un matériau naturel, sain et recyclable dont la ressource est inépuisable. C’est le produit écologique par excellence : son bilan énergétique est très bas, elle est facile à produire et apporte une bonne isolation phonique.
Parmi ses atouts, citons encore son coût avantageux et sa stabilité dans le temps.
La paille est présentée en blocs, en bottes ou en vrac pour différentes utilisations. En vrac, elle peut être mélangée au béton, en blocs elle sert à remplir une paroi en ossature bois et en bottes, on l’utilise pour isoler les murs ou dans le cas d’une isolation par l’extérieur.
Si la paille présente de nombreux avantages, elle a aussi ses limites. Elle est inflammable, sensible à l’eau et offre une performance thermique moyenne. Elle est donc à éviter dans les régions aux hivers rigoureux et pour plus de sécurité il est impératif de lui adjoindre un parement.

Pour avoir des informations sur les différentes techniques d’isolation, consultez la table des matières.